INFOS FLASH
  

ACTUALITES

Sur l'article :

   BUILDING AFRICAN FINANCIAL MARKETS - BAFM 2019

Le Building African Financial Market Seminar (BAFM), la rencontre annuelle des bourses africaines réunies au sein de l’Association des Bourses de Valeurs de l’Afrique (African Securities Exchanges Association – ASEA), s’est tenue du 25 au 26 Avril 2019, au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, sur le thème : « Le capital humain : un pilier de la compétitivité des marchés de capitaux africains ».

La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l'UEMOA (BRVM), hôte de cette 8e édition avec à sa tête son Directeur Général, Dr Edoh Kossi AMENOUNVE, a réussi son pari en réunissant différents acteurs des marchés de capitaux africains pour leur permettre d’échanger sur le thème et de rechercher des solutions concrètes pour le développement des marchés africains à l’égard desquels les attentes sont très importantes pour le financement et la soutenabilité de la croissance du continent.

La cérémonie d'ouverture marquée par la présence de Son Excellence M.Daniel Kablan Duncan, Vice-Président de la République de Côte d’Ivoire, a donné place aux 4 sessions de la première journée.


La 1ère session abordant les stratégies et priorités pour le renforcement du capital humain en vue du développement des marchés a été introduite par Dr. Roger ATINDEHOU, Director Department of Operations - The African Capacity Building Foundation et présentée par Mme Candice DOTT, Market Development Director Middle East and Africa – REFINITIV.

Mme Kadidiatou FADIKA-COULIBALY, Directrice Générale de Hudson & Cie a animé la 2e session portant sur l’éducation des investisseurs particuliers sur les marchés financiers africains. Ensuite, M. Stefan NALLETAMBY, Directeur du Département Développement du Secteur Financier - BAD a donné une présentation spéciale sur la stimulation des marchés africains d’obligations, suivi de la 3e session portant sur le financement par dette pour les PMEs, présentée par Mme Akane ZOUKPO SANANKOUA, Principal Investment Officer – BAD.

Enfin, M. Christopher STURGESS, Chief Executive Officer - Burnt Orange Trading, Pty Ltd a clôt cette première journée avec la 4e session qui portait sur les marchés de commodités africains.


Durant ces sessions, le rôle capital de la disponibilité des informations en vue de donner un accès plus aisé aux investisseurs internationaux et régionaux et de leur permettre de prendre des décisions plus éclairées a été mis en exergue. Il faut noter que l’amélioration de quelques éléments, au nombre desquels l’éducation et l’inclusion financière, favoriserait une meilleure qualité des informations disponibles.

Par la suite, l’investisseur particulier africain a été présenté. Il en ressort que : Améliorer l’éducation financière des investisseurs particuliers pourrait apporter plusieurs avantages entre autres une meilleure divulgation des informations financières et de meilleures normes de gouvernance. C’est dans ce cadre que des initiatives ont été prises, au niveau de la BRVM, pour améliorer l'inclusion et l'éducation financière. La BRVM offre par ailleurs des cours d’initiation sur les marchés de capitaux et les placements boursiers.

Quant aux marchés de capitaux africains, le manque d’informations représente l’un des obstacles majeurs. Pour pallier ce manque, la BAD a présenté plusieurs initiatives au nombre desquelles l'Initiative des Marchés Financiers Africains (IMFA), conçue pour développer les marchés obligataires en monnaie locale sur le continent.  Pour que la stimulation des marchés financiers soit possible, il faut renforcer les capacités en suivant une marche impliquant une prise d’actions synergiques par les gouvernements, les acteurs du marché et les institutions de financement du développement.

De même, la plateforme One for Africa (One4A) a été présenté. Cette plateforme a été conçue par la BAD pour les petites et moyennes entreprises (PMEs) afin de les aider à trouver des sources de financement sur les marchés financiers. Les PMEs représentent 90% du nombre d’entreprises en Afrique et contribuent à près de 45% de la création d’emplois. Cependant, l’accès aux sources de financement reste un obstacle majeur à leur expansion et l’écart de financement est estimé à plus de 331 milliards. Il y a donc une opportunité pour les marchés financiers de jouer un rôle complémentaire à ce niveau. La plateforme One4A veut pallier ce déficit en permettant aux PMEs en phase d’expansion à se financer sur les marchés de capitaux.

La dernière session a présenté les différentes initiatives pour l’établissement de marchés de commodités sur le continent africain. La mise en place d’un marché de commodités n’étant pas toujours une solution viable, une bonne stratégie doit être élaborée et plusieurs conditions doivent être réunies avant leur mise en place. Les pays africains qui veulent mettre en place des marchés de commodités solides doivent, entre autres, avoir des politiques de marketing cohérentes, créer des marchés liquides pour les produits locaux et s’assurer d’une bonne synergie des actions entre les régulateurs, les banques centrales et les autres acteurs du marché.


La seconde journée du Séminaire BAFM a commencé avec un Keynote speech de M. Antoine YOBOUE, Conseiller Spécial représentant M. Konan Jacques ASSAHORE, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique de Côte d’Ivoire.

Durant son speech M. Yoboué a présenté le rôle de la dette souveraine dans la structuration des marchés de capitaux. Il a été suivi par une présentation spéciale de M. Ekow AFEDZIE, Deputy Chief Executive Officer - Ghana Stock Exchange portant sur le WACMIC model (West African Capital Markets Integration Council). Ce modèle, avec ses 3 phases d'intégration, vise à établir un environnement réglementaire harmonieux pour l'assurance et le commerce de la sécurité financière dans la région de l'Afrique de l'Ouest. Ces phases sont :  1. Le Trading avec accès sponsorisé - 2. Un Passeport commun pour les courtiers ouest-africains qualifiés dans la CEDEAO - 3. Marché des capitaux ouest-africain entièrement intégré.

La 5e session dénommée « Driving Liquidity in African Capital Markets » a été introduite par M. Thapelo Tsheole - TT, Chief Executive Officer - Botswana Stock Exchange et présentée par Mme Siobhan CLEARY, Head of Research & Public Policy - World Federation of Exchange.

M. Tsheole a fait l’état de la liquidité sur les marchés de capitaux Africains. Il en ressort que les marchés Africains souffrent d’un faible niveau de liquidité du fait de plusieurs facteurs dont la participation limitée des investisseurs étrangers ou encore les accès limités aux marchés. Mme Cleary, pour sa part s’est étalée sur l’importance de la liquidité dans les marchés de capitaux. Il faut retenir que la diversification de la base d’investisseurs présente de nombreux avantages entre autres la participation croissante dans le commerce de détail et la croissance du nombre d'investisseurs institutionnels (domestiques et internationaux.)

Pr. Issouf SOUMARE, Directeur du Laboratoire d'ingénierie financière, Université Laval, CANADA et M. Terrence ADEMBESA, Executive Director, Nairobi Securities Exchange, ont animé la 6ème session portant sur les marchés dérivés. Pr. Soumaré est revenu à quelques notions de base sur les marchés dérivés, les catégories et potentiels utilisateurs de ces marchés (Banque et IF, gouvernements, etc). Il a ensuite présenté quelques exemples de marchés dérivés à travers le monde et en Afrique, ainsi que les aspects et les opportunités des marchés financiers africains. Après le Prof. Soumaré, M. Adembesa a montré quelques éléments clés pour développer des marchés dérivés dynamiques.

Les sessions de l’après-midi de la deuxième journée ont débuté avec la 7e session présentée par M. Ridouane AZAGROUZE, Chief Information Officer - Maroclear sur les stratégies et Application du Blockchain dans le processus de Post-Trade. Il en ressort que le Blockchain aiderait à combler les limites du business model du post-Trade. M. Azagrouze a également été montré l’impact du Blockchain sur les règlements transfrontaliers.

La 8e session et le seul panel de cette édition portait sur le futur des marchés de capitaux africains. Ce panel modéré par Mme Selloua CHAKRI, Managing Director, SCL Advisory Ltd a vu la participation de M. Fayçal BELYAZID, Head of Business Development & Sales, Middle East and Africa, Market Technology, NASDAQ et de M. Reggie Middleton, Chief Executive Officer, Veritaseum.

Les panélistes sont revenus sur certaines technologies telles que le cloud ou le mobile money, à l’instar du MPesa qui ont révolutionné le monde Africain des finances. Selon eux, le futur des marchés de capitaux africains reposerait sur l’adaptation des nouvelles technologies aux réalités Africaines.


Pour clore cette 8e édition, Dr Parfait Kouadio KOUASSI, PCA de la BRVM et du DC/BR, M. Karim HAJJI, Président de l’ASEA et Dr Edoh Kossi AMENOUNVE, Directeur Général de la BRVM se sont succédés à la chaire pour adresser leurs mots de remerciements aux participants. Par ailleurs, le décor du somptueux diner gala d’aurevoir qui s’est tenu à Heden Golf Hôtel a été planté.


 Marie KOUASSI
Event225.ci

Find HERE the English version.