ACTUALITES

Sur l'article :

   CONFERENCE RISQUE PAYS COTE D’IVOIRE 2019


    La troisième édition de la Conférence Risque-Pays Côte d’Ivoire s’est tenue le Jeudi 18 Avril 2019 au Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan. Cet évènement organisé par l’agence de notation financière Bloomfield Investment Corporation, en partenariat avec Financial Afrik, a tenu toute ses promesses en réunissant financiers, investisseurs, politiques, régulateurs, experts et professionnels en sécurité.

    Au centre des discussions étaient les éléments constitutifs du risque d’investissement en Côte d’Ivoire. La conférence a débuté par l’allocution de M. Stanislas ZEZE, PDG de Bloomfield Investment Corporation, qui a procédé à la présentation du Rapport Risque-Pays Côte d’Ivoire. L’agence évalue le risque-pays selon plusieurs paramètres de notation qui sont : le climat des affaires, les performances macroéconomiques, la gestion des finances publiques, la solidité du système financier et le risque sociopolitique. Sur la base de ces paramètres, une note de 6.1 a été attribuée à la Côte d’Ivoire, avec des perspectives stables à court et à long terme. Cette note est similaire à celle de l’année 2018. Le rapport note que, malgré les réformes engagées au niveau du climat des affaires, de la gestion des finances publiques et du système financier, le changement structurel attendu n’est toujours pas perceptible et la faible redistribution des richesses reste une problématique majeure.

    La présentation du rapport risque-pays a servi d’introduction aux panels de la journée. Le premier panel avait pour thème : « Transformation de l’environnement sociopolitique et son impact sur le climat des affaires ». Modéré par M. Youssouf CARIUS, DG de Pulsar Partners, ce panel de haut niveau a vu la participation de M. Charles KIE, DG de New African Partners, M. Denis Charles KOUASSI, DG de la CNPS et de M. Emmanuel ESSIS, Secrétaire d’Etat en charge de la promotion de l’investissement privé. Sur ce point, il faut retenir que, malgré les bonnes performances économiques enregistrées ces dernières années, des efforts supplémentaires restent à faire dans les secteurs de la santé et de l’éducation afin de prévenir l’apaisement des tensions sociales dans le pays.

    Le deuxième panel qui avait pour thème : « Bilan macroéconomique des cinq dernières années et la distribution des richesses » a été modéré par Mme Lauren KOUASSI-OLSON, Représentante régionale de AMETHIS CI. Y participaient M. Hien Yacouba Sié, DG du Port Autonome d'Abidjan, M. Stanislas ZEZE, PDG de Bloomfield Investment Corporation, M. Youssouf CARIUS, DG Pulsar Partners et M. Tanoh, Représentant de M. Souleymane DIARRASSOUBA, Ministre du Commerce et de l’Industrie de la Côte d’Ivoire. De ces échanges, il est ressorti qu’il faut soutenir l’investissement privé, surtout local, afin de réduire efficacement les inégalités sociales et appliquer les réformes de manière cohérente pour maintenir un climat de confiance au sein des investisseurs. Pour M. Zeze, un abaissement du taux d’imposition, par exemple, contribuerait à réduire les fraudes et à encourager le secteur informel à rentrer dans le formel, toute chose qui pourrait rendre la croissance de ces dernières années plus inclusive. Ce deuxième panel a conclu les discussions de la matinée.

    Les sessions de l’après-midi ont débuté avec le troisième panel dont le thème était : « La Côte d’Ivoire face aux défis sécuritaires intérieurs et extérieurs ». Ce panel a été modéré par Mme Hapsa Massaké DIA, Head of Business Development, de InTouch. Les participants à ce panel étaient : M. Vincent Toh Bi Irié, Préfet d’Abidjan, M. Gabriel SERVANTES, DG Guardians et M. Hugues-Olivier BAGNEKI, DG Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale de la COFACE. Pour le Préfet d’Abidjan, les défis sécuritaires se situent bien au-delà des questions électorales ou de criminalité, et concernent plusieurs aspects, au niveau de l’éducation, de la santé ou encore de l’environnement. Les intervenants se sont accordés sur le besoin de la formation de la jeunesse, notamment dans les métiers de la sécurité, pour impacter durablement sur le climat des affaires en Côte d’Ivoire.

    Le quatrième et dernier panel de la journée avait pour thème : « L’évolution sociale et le développement de la classe moyenne ». Ce panel modéré par Mme Kadidiatou FADIKA-COULIBALY, DG de Hudson & Cie a vu la participation distinguée de Mme Nialé KABA, Ministre du Plan et du Développement. A leurs côtés, se tenaient M. Paul Harry AITHNARD, DG de Ecobank CI et M. Ahmadou BAKAYOKO, DG de la CIE. La Ministre nous a appris que les enjeux de la classe moyenne sont importants car celle-ci est sensée insuffler la dynamique économique sur le long terme et ainsi soutenir la croissance du pays. Avec les panellistes, les habitudes de consommation de cette classe moyenne ont donc été explorées, ainsi que les solutions pour maintenir leurs niveaux de revenus et réduire les écarts sociaux par une meilleure redistribution de la richesse. Cela passe, comme l’a souligné Mme Kaba, par le développement des infrastructures sociales et économiques, ainsi que le soutien à l’investissement privé. Ainsi en 2018, c’est plus du tiers du budget de l’état qui a été orienté vers les secteurs sociaux que sont l’eau, la santé, l’éducation et l’énergie.

    A la suite de ce panel, le rapport de synthèse de cette 3e édition de la conférence risque-pays Côte d’Ivoire a été présenté à l’assistance par Mme Soraya DIALLO, Vice-Présidente de Bloomfield Rating. Ce rapport a retracé l’ensemble des discussions qui se sont tenues tout au long de la journée. Avant de clore officiellement l’évènement, M. Zézé a invité les participants à ne pas hésiter à proposer les thèmes qu’ils aimeraient voir à l’ordre des jours de la prochaine édition de la Conférence Risque-Pays Côte d’Ivoire.

    Rendez-vous est donc pris pour la prochaine édition de la conférence risque-pays.

 

Marie Pascale Djessou, MPhil