TOP NEWS
COVID-19 : le plaidoyer de l’ONU pour une meilleure relance
Communiqués Ecrit par yge Ecrit le 28 Sep 2020 à 18:07

COVID-19 : le plaidoyer de l’ONU pour une meilleure relance

Avec la pandémie de COVID-19, le monde fait face à un choc sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. Cette crise à la fois sanitaire, économique et humanitaire a aussi de graves conséquences en matière de sécurité et de droits de l’homme. En sortir nécessite d’agir ensemble, solidairement et à tous les niveaux de la société, en tenant compte des impacts socioéconomiques sur les plus vulnérables et des enjeux de durabilité.

C’est à ces conditions que le monde peut espérer « reconstruire en mieux », plaident les Nations Unies, alors que l’on approche des 16 millions de cas confirmés de la maladie à l’échelle planétaire, que 645 000 personnes ont déjà succombé au nouveau coronavirus et que, dans le meilleur des cas, un vaccin ne sera disponible qu’au début de l’an prochain, en dépit d’essais cliniques prometteurs.

« Nous ne reviendrons pas à la vie d’avant », a expliqué le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), en invitant chacun à ne pas baisser la garde et à « faire de bons choix » pour se protéger et protéger les autres. 

Dans l’optique d’une relance, souligne l’ONU dans ses différentes communications, les gouvernements, les organisations internationales et régionales, les entreprises et la société civile dans son ensemble doivent veiller à tirer les enseignements de cette crise.

Un tournant décisif

« La pandémie du COVID-19 est une tragédie humaine. Mais elle représente également pour nous une occasion d’agir. Une occasion de reconstruire un monde plus égalitaire et durable », a assuré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, lors d’une conférence virtuelle organisée le 18 juillet à l’occasion du 102e anniversaire de Nelson Mandela. 

Ces efforts doivent « reposer sur un nouveau contrat social et une nouvelle donne mondiale porteurs d’égalité des chances pour toutes et tous et de respect des droits et des libertés de chacune et chacun », a-t-il dit, jugeant que « ce n’est que de cette manière que nous pourrons atteindre les objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030, de l’Accord de Paris et du Programme d’action d’Addis-Abeba, des accords qui visent justement à corriger les failles mises au jour et exploitées par la pandémie ». 

À cette même fin, a-t-il déclaré par ailleurs, « nous devons nous assurer que les leçons sont retenues et que cette crise représente un tournant décisif pour la préparation aux urgences sanitaires et pour l'investissement dans les services publics essentiels du XXIème siècle »

Partage: