INFOS FLASH
  

Journée d'étude 2019 - Genre, inégalités et violences en Afrique

Gratuit

Sur l'évènement



Lieu: ENSEA d'Abidjan
Organisateur: Chaire Unesco Défis partagés du développement   Contacter
Infoline: +33 1 43 94 72 27
Description

Connaître l’ampleur, les causes, les contextes de production, les raisons de la persistance, et les conséquences des violences basées sur le genre est important pour mieux comprendre le phénomène, l’analyser et ainsi le prendre en compte dans la définition des programmes qui visent l’égalité de genre, plus particulièrement ceux qui sont destinés à l’autonomisation des femmes, et contribuer à l’adoption de législations appropriées dans les pays.

Dans ce cadre, les membres de la Chaire ont conjointement décidé de consacrer leur Journée d’étude internationale annuelle à la problématique du genre en Afrique ainsi qu’à l’analyse du lien entre les inégalités et la violence et son vécu.

Un axe fort mais non exclusif de la Journée d’étude internationale portera sur la violence basée sur le genre (VBG) en Afrique ou encore fondée sur le sexe qui peut être définie comme toute forme de violence dirigée contre une personne du fait de son identité sexuelle, ou qui affecte de manière disproportionnée des individus d’un sexe donnée. Parce que dans toutes les sociétés du monde, elle affecte principalement les femmes et les filles, la CEDEF/CEDAW recommande l’utilisation de la terminologie “violence à l’égard des femmes fondée sur le genre” afin de mettre en évidence le fait que cette violence prend racine dans les rapports sociaux de sexe inégaux qui font de la femme une subordonnée. Les violences fondées sur le genre étudiées ici peuvent être de tout type : physiques (y compris les mutilations génitales féminines), émotionnelles, morales, sexuelles et elles comprennent le harcèlement. On y inclura également les pratiques qui visent à (ou ont pour effet de) (re)mettre en cause la sécurité matérielle des femmes, telles que les violences économiques en général, et celles subies en cas de déstabilisation de la cellule familiale (répudiation, divorce, polygamie), et les violences juridiques liées à des inégalités contestées (héritage, propriété) mais institutionnalisées par les lois. Les violences basées sur le genre ne sont pas limitées aux femmes. Elles peuvent affecter également toute personne qui semble ne pas remplir les stéréotypes de présentation de soi liées à leur identité sexuelle présumée. Ainsi les communications portant sur les violences basées sur le genre concernant les LGBTI en Afrique seront également bienvenues.

Vidéo

Cet évenement n'a pas de vidéo

Localisation